Atelier de planification stratégique de la Plate forme REDD+ & CC de la Société Civile d’Afrique Centrale (PR2CAC)


Le Projet de Renforcement des capacités institutionnelles en matière de REDD+ pour la gestion des forêts dans le Bassin du Congo; a favorisé du 13-15 février 2017, l'organisation d'un atelier de planification stratégique de la plateforme REDD+ et Changement Climatique d'Afrique Centrale (PR2CAC). L'objectif global de cet atelier était de rendre opérationnelle la PR2CAC.


  • Date : 13/02/2017 20:00
  • Emplacement: Edéa (Carte)

Description

L’an deux mille dix sept, les 13, 14 et 15 du mois de février, s’est tenu à Edéa au Cameroun dans la salle de réunion de l’ONG Cameroun Ecologie un atelier de planification stratégique de la Plate forme REDD+ & CC de la Société Civile d’Afrique Centrale en abrégé (PR2CAC)

Organisée par la Coordination Régionale de la  PR2CAC avec l’appui technique et financier du Projet REDD+ Régional (PREREDD) de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), la rencontre a regroupé plus d’une quarantaine de participant(e)s parmi lesquels les représentant(e)s des plateformes REDD+ et Changements Climatiques de la société civile des pays de l’espace COMIFAC,  les représentant(e)s des Peuples Autochtones, les consultants nationaux,  des experts de la Banque Mondiale, le représentant du CCSPM et les partenaires stratégiques de la Plateforme REDD+ & CC sous-régionale.

Au total neuf (06) pays étaient représentés à savoir : Cameroun, République Centrafricaine, République du Congo, République Démocratique du Congo, Gabon et Guinée Équatoriale.

L’objectif général de l’atelier était de rendre opérationnelle la Plateforme REDD+ et Changements Climatiques de la société civile d’Afrique Centrale en lui dotant des outils de travail nécessaires et adéquats pour son plaidoyer et sa visibilité en rapport avec le processus REDD+&CC dans les pays de l’espace COMIFAC et en Afrique Centrale.

De manière spécifique, il s’agissait de :            

Partager les résultats de l’atelier de mise en place de la plateforme régionale tenu à Brazzaville du 2-4 mars 2016 ;

Partager le document de Charte de la plateforme et son Règlement intérieur ; recueillir les éléments pour l’amélioration de ces deux documents et élaborer la version définitive de la Charte et du RI ;

Elaborer le plan d’actions stratégiques de la plateforme REDD+ et Changements Climatiques de la société civile d’Afrique Centrale pour les cinq prochaines années.

Trois temps forts ont marqué les travaux à savoir : (i) la cérémonie d’ouverture ; (ii) les exposés et les échanges; (iii) la planification stratégique qui est le reflet des interventions de la plateforme en rapport avec les problèmes identifiés empêchant sa meilleure implication au processus REDD+.

Cérémonie d’ouverture

Dans son mot de bienvenue aux participant(e)s et aux partenaires stratégiques, la Coordonnatrice de la Plateforme REDD+ et Changements Climatiques de la Société Civile d’Afrique Centrale (PR2CAC) en la personne de Mme Cécile Ndjebet a félicité les efforts individuels que chacun(e) a faits pour honorer ce rendez-vous. Elle a manifesté sa gratitude et celle de toute la Coordination sous-régionale de la Plateforme à l’endroit du Projet REDD+ Régional (PREREDD) de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) pour son appui technique et financier qui a rendu possible la tenue du présent atelier. Rappelant les défis à relever conformément à la mission de la plate forme énoncée dans la charte, elle est revenue sur les objectifs et les résultats attendus dudit atelier.

Selon elle, l’identification des interventions stratégiques en rapport avec les problèmes d’implication et de participation effective et efficace de la Plateforme dans le processus REDD+ et CC permettra d’élaborer un document de référence de sa stratégie sur une durée cinq. Cette planification stratégique lui permettra de relever les défis émergents auxquels elle fait face et d’atteindre les résultats escomptés.

Prenant la parole pour présenter le mot d’ouverture des travaux de l’atelier, Dr. Hervé MAIDOU en sa qualité de Coordonnateur du PREREDD+ a saisit l’opportunité pour remercier très sincèrement le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC pour avoir autorisé l’accompagnement de la Plateforme REDD+ &CC de la société civile des pays de l’espace COMIFAC et d’Afrique Centrale par le Projet REDD+ Régional (PREREDD). Il n’a pas manqué d’apprécier les mobilisations des coordinations nationales REDD+&CC de la Société Civile au niveau de la sous région Afrique centrale dont l’ambition est de construire quelque chose de mieux contrairement aux générations antérieures qui assistaient passivement. 

Quelques préoccupations majeures ont été relevées par la facilitatrice à savoir: (1) l’insuffisance des moyens financiers et humains nécessaires pour la mise en œuvre efficace du plan stratégique; (2) la compréhension limitée du mécanisme REDD+ & CC à cause du manque d’information et de communication et (3) le non renforcement des capacités des OSC de la plateforme après la validation du plan d’actions stratégiques pour la mise en œuvre des activités.

Les attentes formulées par les participant(e)s allaient dans le même sens que les résultats attendus des travaux de cet atelier a savoir : l’amendement et la validation de la charte ainsi que l’élaboration du plan stratégique quinquennal de la plateforme.

Les exposés et les échanges

Outre la séance de présentation des participant(e)s, suivie de l'adoption du programme de l’atelier, la présentation du niveau de mise en œuvre de la feuille de route a été facilitée par la co-modératrice.

Par la suite, la charte de la plateforme ayant intégré les contributions des membres des coordinations nationales REDD+ & CC des pays respectifs a été présentée par Mme Florantine Mapeine et enrichie en plénière. Une relecture de la mouture finale a été faite lors de la reprise des travaux du 2ème jour et a été adoptée par acclamation par tous et toutes les participant(e)s. Des exposés thématiques et les échanges- développés au cours de cet atelier ont porté sur

Articulation1 : REDD+&CC en Afrique Centrale : Etat de mise en œuvre, défis et perspectives

Pour mettre en œuvre ces activités REDD+ selon les orientations de la COP16 à Cancun de façon générale, chaque pays  doit développer une stratégie nationale ou plan d’action, un niveau de référence national ou  d'émissions de référence pour les forêts, un système robuste et transparent de suivi forestier national et un système pour fournir des informations sur la façon dont les mesures de sauvegardes seront abordées et respectées. Trois étapes sont nécessaires pour y parvenir : Préparation à la REDD+, la Mise en œuvre de la Stratégie REDD+ et les Payements basés sur la Performance

Il est ressorti de la présentation de Mme Cécile l’état d’avancement de chaque pays dans le processus REDD+. Par ailleurs, il a été relevé que le Gabon n’est pas entré dans le processus REDD+ mais développe des activités en lien avec les Changements Climatiques.

Articulation 2 : Accord de Paris et autres mécanismes de financement des changements climatiques : défis, perspectives et rôle de la société civile d’Afrique centrale

L’accord de Paris a classé la Société Civile, les Communautés locales et les Peuples Autochtones parmi les «Entités non partis » et les encourage à «amplifier leurs efforts et à appuyer des mesures destinées à réduire les émissions et/ou renforcer la résilience et diminuer la vulnérabilité aux effets néfastes des changements climatiques». Dix pays de l’Afrique Centrale ont ratifié cet accord.

Articulation 3 : Finance climatique : états des lieux et stratégies d’accès pour la société civile

L’avenir des mécanismes de financement de la REDD+ reste incertain et a connu très peu d’approbation ces dernières années. Ces fonds proviennent des organismes internationaux tels que ONU-REDD, FVC, CAFI, la Banque Mondiale, dont les financements transitent par le FCPF RF, CF et FIP etc…. L’Afrique Subsaharienne bénéficie de 23% des financements multilatéraux avec pour principal récipiendaire la RDC.

Selon l’Initiative de Politiques Climatiques, cinq étapes sont nécessaires pour accéder au financement de ses fonds. Ces étapes passent par : (1) la planification stratégique et le développement des politiques; (2) le renforcement des capacités des institutions et la gouvernance; (3) l’élaboration des projets bancables et le choix des établissements financiers crédibles; (4) la préparation des mécanismes de gestion transparente et la mise en œuvre des stratégies pour accéder à la finance climatique et (5) l’implication du secteur privé.

Ces communications ont édifié les participant(e)s sur les enjeux, les initiatives en cours, les avancées, les contraintes ainsi que les perspectives en rapport avec l’état d’avancement des pays de l’Afrique Centrale engagés dans le processus REDD+ et CC ainsi que les stratégies d’accès à la finance climatique.

Les échanges qui ont suivi ont permis aux participant(e)s non seulement d’avoir les clarifications et compléments d’informations sur certains points développés, mais aussi de savoir qu’il revient à la société civile d’initier des actions dans le sens de collaborer avec le gouvernement pour bénéficier des financements climatiques.

La planification stratégique

Avant d’organiser les travaux de groupe, le consultant a pris la peine d’expliquer le processus de la planification stratégique et les cadres d’analyse des problèmes et des objectifs qui permettent d’aboutir à des interventions précises en vue de la réalisation de la vision de la plateforme sur le mécanisme REDD+ et CC.

Après la restitution des travaux de groupes en plénière, les participants ont procédé à l’identification des problèmes similaires qui ressortaient dans les différents groupes. Après cet exercice, la parole a été donnée aux membres de la plateforme et ses partenaires pour identifier les actions à mener à court termes. Puis, par un brainstorming, ces problèmes ont été reformulés, synthétisés et priorisés. Au final, les travaux de groupes et les échanges en plénière ont abouti à l’élaboration du plan stratégique de la plateforme sur cinq (ans) mais aussi et surtout au choix des interventions à menées en 2017