Projet: JEUNE-ALUCAM


01 Jan
01Jan

Introduction :

L’ONG Cameroon Ecology (Cam-Eco) accompagne ALUCAM dans la mise en œuvre des projets de développement social dans le cadre d’un partenariat conclu en 2006 entre ces deux institutions. A ce jour, Cam-Eco a conduit avec succès le processus de dialogue social entre les jeunes anciens exploitants de la décharge et Alucam à travers la sensibilisation des jeunes pour leur adhésion au processus initié par Alucam et la facilitation de la vente de la ferraille récupérée lors de la réhabilitation de l’ancienne décharge. Cette décharge a été entièrement viabilisée et inaugurée. Afin de permettre à ces jeunes d’améliorer leur statut socio économique après la réhabilitation de l’ancienne décharge, un programme de micro investissements sociaux a été développé. La mise en œuvre de ce programme se traduit à travers le développement des activités génératrices de revenus. Cam-Eco a accompagné une trentaine de jeunes bénéficiaires dans la mise en œuvre de leurs activités génératrices de revenus.

Contexte et Justification

L’emploi en général et celui des jeunes en particulier est l’un des problèmes cruciaux de développement que connait le Gouvernement camerounais avec un taux de chômage qui passe de 14,3% à 8,2%. Le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) réaffirme la volonté du Gouvernement de poursuivre la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement dans leur ensemble. Ce document qui place le défi de la croissance et de la création d’emplois au centre de ses actions en faveur de la lutte contre la pauvreté est le lieu de convergence de la coopération avec les partenaires techniques et financiers en matière de développement

Pour relever ce défi, les autorités comptent sur le dynamisme du secteur privé, l’implication de la société civile, la mobilisation des populations et l’appui des partenaires économiques, techniques et financiers. Dans la perspective d’harmoniser une vision stratégique participative de son Programme stratégique Cameroun 2011-2015, Alucam et Rio Tinto Alcan développent un axe de création d’emplois indirects dans le cadre du programme des relations communautaires.

Les jeunes concernés par ce projet sont en majorité ceux dont les parents ont travaillé à l’usine Alucam ou y sont encore. Ces jeunes pour la plupart désœuvrés ou scolarisés découvrent la décharge en 1989 à la quête d’une activité génératrice de revenus. La raison de leur engagement était pour certains d’entre eux issus des familles pauvres, la recherche des moyens de subsistance en vue de soutenir leur famille, et pour les élèves dont les parents avaient pris leur retraite, de l’argent pour préparer leur rentrée scolaire. La récupération du métal et de l’aluminium ne s’est pas faite sans heurte. Plus de quinze (15) jeunes ont dépéri dans cette décharge de suite des balles tirées par les forces de l’ordre qui gardaient la décharge. D’autres n’ont pas survécu aux accidents de voiture, aux éboulements de terrain, aux infections pulmonaires et dermatologiques ainsi qu’aux noyades.

C’est donc pour mettre en œuvre ce programme d’actions communautaires que le groupe Alucam et Rio Tinto Alcan a sollicité l’accompagnement de l’ONG Cameroon Ecology.

Objectif général

Accompagner les jeunes bénéficiaires des micros crédits dans la mise en œuvre de leurs activités génératrices de revenus pour l’amélioration de leur statut socio économique.

Méthodologie

Le programme de micro financement développé par Alucam au profit des jeunes est une opportunité à saisir par ceux-ci pour suivre une formation professionnelle dans le domaine de l’entrepreneuriat et celui de la gestion des projets. Cameroun Ecologie dans le processus d’accompagnement a utilisé le coaching et le counselling comme stratégies d’encadrement des jeunes dans l’exécution de leurs projets identifiés.

Les domaines d’intervention de Cam Eco s’articulent autour de quatre (04) points :

  • Appuyer et accompagner les jeunes dans l’identification et l’élaboration des projets de développement.
  • Organiser la sélection des projets et faciliter le mécanisme de financement.
  • Suivre et évaluer la mise en œuvre des projets et activités génératrices de revenus
  • Capitaliser les expériences issues de ce processus

Les jeunes ont été soumis à un test de sélection par rapport aux critères préalablement définis. Ce tamis a permis de procéder à l’élimination transparente de certains candidats ainsi que de leurs projets respectifs pour les amener à reformuler les idées de projets en minimisant les coûts. Les fonds ainsi alloués dans un premier temps ont permis de gérer un nombre restreints de projets. Ces projets sont liés aux cinq domaines prioritaires identifiés par ALUCAM à savoir :

  • Le petit commerce informel: vente du poisson fumé, des arachides, oignons, ail, huile de palme, échoppes, call box, etc…
  • L’artisanat : salon de coiffure, atelier de couture, mercerie, atelier de fabrication des macocottes, etc…
  • L’agriculture : Jardins de fleurs, cultures maraîchères, bananeraies, cultures vivrières, etc.…
  • L’élevage : élevage des champignons, lapins, escargot, volaille, etc….

Etant donné l’inexistence de l’expertise des jeunes récupérateurs de la ferraille, Cam-Eco a assuré un suivi organisationnel et technique des jeunes volontaires engagés dans la mise en œuvre de leurs projets.

Activités réalisées

Etudes et sélection des projets

Finalisation de l’élaboration du groupe de 35 projets des jeunes pressentis.

Compilation et transmission des projets à Alucam.

Facilitation du processus de financement des projets.

Appui-conseil aux jeunes.

Coaching individuel.

Suivi de la mise en œuvre des projets financés.

Rapportage à Alucam sur l’évolution du processus.

Capitalisation des acquis.

Evaluation du projet

Résultats obtenus

  • 35 projets ont été présélectionnés, élaborés et transmis à Alucam pour étude et validation
  • Le montant de financement de ces projets viré dans le compte de Cameroun Ecologie est de Sept millions, quatre cent cinquante huit mille, trois cent cinquante francs (7 458 350)FCFA répartis comme suit :

Achat et vente de l’arachide, des oignons et l’ail : 02

Achat et vente des condiments verts                : 01

Création et gestion d’une caisse de vente de produits manufacturés : 04

Création et gestion d’une boutique              : 01

Achat et vente d’huile raffinée en vrac             : 02

Achat et vente du macabo                       : 01

Création et gestion d’une ferme avicole           : 04

Création et élevage des escargots               : 01

Création et exploitation d’1/2 hectare de pistache : 03

Création et gestion d’1 ha de champ de bananiers plantains : 04

Création et gestion d’1 ha de champ de manioc     :02

  • 35 contrats de collaboration ont été signés avec tous les jeunes bénéficiaires (voir modèle en annexe)
  • 17 comptes ont été ouverts dans les livres de l’Etablissement de Micro finance de deuxième catégorie dénommé Caisse Communautaire d’Afrique en abrégé CCA
  • Les capacités organisationnelles et managériales des jeunes ont été renforcées.
  • Le suivi et les appuis conseils ont été apportés à tous les jeunes et ont permis à certains de surmonter les difficultés rencontrées.
  • 3 jeunes ont utilisé leur fonds de commerce pour faire les papiers qui leur ont permis de se rendre à l’étranger en aventuriers.
  • 01 a réussi dans la gestion de sa boutique
  • 02 ont utilisé leur fonds de commerce après 08 mois de vente du macabo, de l’huile de palme et les ignames pour doter leur femme.
  • 02 ont réussi dans la gestion de leur ferme avicole
  • 03 ont vendu leurs pistaches après la récolte mais ont refusé de mettre cet argent dans le compte bancaire
  • 02 continuent d’exploiter leur champ de bananier plantain
  • 01 continue d’exploiter son champ de manioc
  • 01 s’est reconvertie dans l’animation musicale et le show business

Au total, 15 sur 35 ont réussi à générer des revenus en gérant leurs projet et ont pu réaliser leur rêve ; ce qui représente un pourcentage de 42,85% de réussite.

Etat d’avancement de la mise en œuvre du projet de micro financement

Lancé depuis le 06 Février 2010, le projet de micros investissements financés par Alucam concerne 35 jeunes identifiés dont l’âge varie entre 20 et 50 ans. Les principaux domaines d’activités retenus sont les suivants :

  • Achat et vente d’huile de palme et du macabo : 02 jeunes
  • Achat et vente d’huile de palme          : 07
  • Création et exploitation d’une bananeraie : 04
  • Création et exploitation d’un champ de manioc : 03
  • Achat et vente de l’arachide, des oignons et l’ail : 02
  • Achat et vente des condiments verts        : 01
  • Création et gestion d’une caisse de vente de produits manufacturés : 04
  • Création et gestion d’une boutique  : 01
  • Achat et vente d’huile raffinée en vrac : 01
  • Achat et vente du macabo            : 02
  • Création et gestion d’une ferme avicole : 04
  • Création et élevage des escargots   : 01
  • Création et exploitation d’un champ de pistaches : 03

Résultats obtenus

  • Les 35 jeunes ont pris connaissances des modalités de mise en œuvre des activités et ont signé les contrats de partenariat
  • 17 jeunes ont ouvert leur compte d’épargne bloqué à la Caisse Communautaire d’Afrique, « CCA » Agence d’Edéa.
  • Une dizaine de jeunes ne collaborent pas avec Cameroun Ecologie malgré le contrat de partenariat signé
  • Six jeunes sont portés disparus et malgré les multiples relances de Cam-Eco, ne sont pas prêts à coopérer. Ces derniers ne possèdent plus rien de ce qu’ils ont reçu en termes de marchandise. Il s’agit de :

ABOMO Michel

NGWE Bienvenu

BAYOI Vincent

SACK BAYEMECK joseph

LOH Fils Laurent

BILLONG BINLEND Eric Raymond

  • Pour les champs, les jeunes régulièrement suivis sont : HONLA MONGO Sévérin, NLEND MASSO Joseph, MANYE ALLAH, GWOS Jean Désiré, NYONGUI DJABEA Simon, DJABEA DJABEA Joseph Bertrand, ADOUMENA Paulin, MOUTLEN GWEM Ernest, MANGUELE
  • Pour l’élevage, les jeunes régulièrement suivis sont : BASSONGUE Bienvenu, PONDI NONOS Alexandre, HONGA Joseph Fils , ISSOCK HOUAG Francis Olivier.
  • Pour l’achat et la vente d’huile de palme, les jeunes régulièrement suivis sont : NSAT Paul Bienvenu, NKAAH Etienne, MATIP Etienne Legrand, BOTJE Joseph, NGUIMBOUS Bienvenu, MATIP NTOMA Antoine, DJOB Jean Paul.
  • Pour la vente des produits manufacturés et du macabo, les jeunes régulièrement suivis sont : NYEMECK MEKA Paul Iris, BOHLA Jean Marcel, BILLONG Jean Maurice, SOM HOND Paul.

En définitive, il ressort de ce qui précède que le nombre total des jeunes régulièrement suivi par Cam-Eco est de 25 jeunes sur les 35 bénéficiaires.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.